Le problème de la vaccination et du pass sanitaire #3


Depuis un peu plus d’un an et demi maintenant, le monde est confronté à une grande pandémie mondiale appelée Covid-19. 
En France, au cours de ces vingt derniers mois, d’abord sous Edouard Philippe puis désormais sous Jean Castex, nous avons pu observer de nombreux changements de positionnements dans la gestion de l’épidémie de coronavirus, avec parfois des choix assez douteux entrepris par le gouvernement comme dire que le masque n’était pas utile puis le rendre utile. Voire des mesures peu efficaces sur la durée comme confiner les Français sans vraiment les confiner comme lors du deuxième et du troisième confinement, des couvre-feu à 18h massivement non respectés, des confinements de zones peu touchées par le virus, en bref des mesures démontrant le total désarroi de nos dirigeants politiques, partagés entre protéger la santé économique du pays et/ou protéger la santé des Français. 
Le 12 juillet dernier, le président de la République, Emmanuel Macron a pris la parole en disant qu’il voulait élargir l’obligation de présentation du pass sanitaire pour pouvoir accéder à certains lieux, en mettant en place un certain nombre de restrictions discriminatoires, dans le but de contraindre d’encourager la population à aller se faire vacciner 🙂
Ici, nous essaierons de comprendre le phénomène en abordant la communication du gouvernement, puis en présentant les caractéristiques de ces nouveaux vaccins et enfin nous verrons les problèmes suscités par la mise en place du vaccin semi-obligatoire et pass sanitaire sur le plan des libertés individuelles et sur le plan de pouvoir disposer soi-même de son propre corps. 

SOMMAIRE : 

I. La communication faite autour du vaccin par le Gouvernement français 
II. Qui sont les victimes du coronavirus ? 
III. Le problème de la vaccination recommandée
IV. Le problème du pass sanitaire


Disclaimer ⚠️

Premièrement, je vais commencer par préciser que je ne suis pas un « antivax » ou un « complotiste » comme on pourrait l’entendre de manière très fréquente ces derniers temps pour qualifier les personnes dotées de conscience qui s’érigent contre le pass sanitaire et contre la vaccination. Non, nous ne sommes pas égoïstes et nous taxer de ces noms est selon moi, un abus de langage dont l’unique volonté est d’avilir notre pensée. Rabaisser et tourner à la dérision, la pensée de gens censés ne partageant pas la même opinion que vous, « pense comme la masse ou tu seras marginalisé », « ne pense pas à ta santé personnelle car ce qui compte c’est l’interêt général », voilà où nous en sommes en 2021.

La communication faite autour du vaccin par le Gouvernement français

Tout d’abord, ce que je n’approuve pas dans la gestion de cette maladie, c’est l’aspect marketing et communication donné dans le traitement de l’information pour promouvoir un vaccin en phase d’expérimentation et pour lequel nous ne connaissons pas les effets indésirables, nous parlons quand même d’une maladie et de notre santé non ? Mais pourtant, que ce soit sur les réseaux sociaux, à travers des posts directement sponsorisés par le gouvernement, des publications de célébrités et d’influenceurs incitant les jeunes à aller se faire vacciner ou encore à la télévision avec des spots publicitaires incitateurs et culpabilisateurs, et même plus récemment Emmanuel Macron faisant la promotion du vaccins Pfizer sur instagram et sur TikTok à la manière d’une influenceuse beauté présentant les produits de ses partenaires, tout est fait pour nous insérer dans une « bulle de filtre » et pour rendre la vaccination cool auprès de la population mais surtout auprès des plus jeunes. À la manière des publicités de Coca-Cola dans les années 70. 

Dans un premier temps, cela ne posait pas vraiment de problème, car la vaccination se faisait dans le cadre du volontariat. Cependant, les choses ont vite changé lorsque le président Emmanuel Macron a pris la parole le 12 juillet pour annoncer de nouvelles mesures pour lutter contre la résurgence du coronavirus, en restreignant la liberté d’une partie des Français s’ils ne souhaitaient pas se rendre suivre les recommandations du gouvernement.

D’ailleurs, étant étudiant, j’ai moi-même reçu mi-juillet, un mail de la part des CROUS assez criant :

Extrait d'une campagne de communication sur la vie étudiante de la part des C.R.O.U.S (juillet 2021) parlant du Covid
Extrait d’une campagne de communication sur la vie étudiante de la part des C.R.O.U.S (juillet 2021)

La vaccination serait donc une tendance de mode qu’il ne faut pas rater pour rester « cool et branché » d’après le Gouvernement, une tendance présentée comme la dernière option miracle (après plusieurs tentatives infructueuses) pour nous permettre cette fois-ci de retrouver une vie normale car « À chaque vaccination, c’est la vie qui reprend. Faisons-nous tous vacciner maintenant ! ». 

Qui sont les victimes du coronavirus ?

D’après Santé Publique France, nous avions au 7 août 2021 : 112 222 décès. En analysant ce chiffre de plus près, on s’aperçoit que 73% des personnes décédées (soit 89 222 personnes) étaient âgées de 75 ans et plus et si on additionne les deux dernières catégories des plus âgés, on obtient que 91% des décès du Covid-19 entre mars 2020 et juillet 2021 étaient âgés d’au moins 65 ans. La part des moins de 45 ans ne représente ainsi même pas 1% des personnes décédées. En plus, en tant que jeunes, nous avons beaucoup plus de chances de mourir d’un accident de voiture en tant que conducteur, ou de voir un pilote de Formule 1 ou de Moto GP mourir durant une course que de mourir du Covid-19 lorsqu’on est un individu jeune et sain. 

Également, 65% des personnes décédées présentaient une comorbidité, la plus fréquente étant la pathologie cardiaque. Pour le reste, 35% des décès concernaient des individus sans pathologie antérieure.

Décès du Covid-19 par tranche d’âge en France 
(112 222 morts au 07/08/21)
Décès du Covid-19 par tranche d’âge en France 
(112 222 morts au 07/08/21)
Taux de comorbidité dans nombre décès Covid-19
COVID-19 - Taux de mortalité selon l'âge - personnes infectées
Quel risque de mourir pour les jeunes et adultes d’âge moyen ? via e4n.fr

Par ailleurs, le Covid-19 présente un taux de létalité de 1.70% ce qui signifie que 98.30% des personnes (déclarées) ayant contracté le virus en ont été guéries.

On apprend aussi que les personnes de moins de 45 ans sont celles qui véhiculent le plus la maladie, mais également celles qui en meurent le moins. Sur 100 000 personnes infectées, seules 155 en meurent. D’après Santé Publique France toujours, depuis le début de l’épidémie, il n’y a eu que 100 morts parmi les moins de 30 ans et 16 pour les moins de 19 ans, ce qui en fait la catégorie la moins touchée par le virus. Pourquoi donc ne pas vacciner uniquement les personnes fragiles et laisser le système immunitaire des plus jeunes à l’action ? Étant donné que lorsqu’ils sont infectés et malades (non-asymptomatiques), ils s’en sortent à plus de 98%. 

Ensuite, plus globalement, à l’échelle nationale, le nombre de décès ne représente que 0.17% de la population totale ce qui est assez faible comparé à d’autres maladies plus létales comme les cancers et les maladies cardiovasculaires, mais pourtant, on n’en parle pas autant ? D’ailleurs, le taux de contagiosité de la rougeole, variole, polio, VIH/SIDA sont plus élevés aussi, mais pourtant, on n’en parle pas autant ? D’autant plus, que concernant la rougeole, la maladie refait surface de manière très spectaculaire depuis la fin de la décennie précédente avec 207 500 morts rien qu’en 2019 (+50%) mais personne n’en parle ? Il faut ouvrir les yeux et essayer de comprendre pourquoi cette épidémie grave de gens pas malades fait autant de bruits ? Pourquoi vouloir autant pousser les jeunes en bonne santé et les enfants à se faire vacciner quand on sait que deux millions des personnes de 65 ans et plus n’ont pas reçu la moindre dose de vaccin alors qu’ils représentent 91% des personnes mourant de la maladie ? Pourquoi également, 5 millions de personnes jugées fragiles en raison d’une comorbidité ne sont toujours pas vaccinées? Tant de questions sans réponses. 

Le problème de la vaccination obligatoire recommandée

Déjà, il est bon de noter que depuis 2020, une partie des Français trouve qu’avec les diverses mesures coercitives mises en place par le gouvernement pour endiguer l’épidémie, la démocratie a reculé et les libertés individuelles sont en danger. 
Le président avait dit lors d’un discours qu’il ne rendra pas la vaccination obligatoire, mais pourtant quelques mois après, nous y sommes. Il faut savoir qu’une partie des Français ne souhaite pas se faire vacciner non pas parque ce sont des complotistes, des gilets-jaunes ou des anti-vaccins… Les qualifiés de réticents et les mettre sous ces bannières, c’est ce que l’on appelle faire l’amalgame. 

Le vrai souci avec la vaccination, c’est qu’elle nous est maintenant imposée subtilement alors qu’il s’agit d’un vaccin expérimental sans recul suffisant sur les effets indésirables
Les nouveaux vaccins occidentaux utilisent une nouvelle technologie à ARN messagerqui consiste à transmettre un ARN messager qui va transcrire une fois dans votre corps des protéines Spike via le ribosome, protéines qui vous permettront de lutter contre celles du coronavirus. Ce n’est donc pas un vaccin traditionnel, c’est autre chose. Un vrai vaccin, c’est administrer à l’individu le vrai virus complètement annihilé en faible quantité de manière à permettre à son système immunitaire d’avoir une première approche avec l’agent pathogène de sorte que celui-ci se prémunit du vrai virus grâce à la mémoire immunitaire. 

Or, ceci est une nouvelle pratique propre aux vaccins américains et européens contrairement aux vaccins (traditionnels) proposés par les Chinois (Sinovac) et les Russes (Spoutnik V) et ce qui du fait du Covid-19 la maladie ayant donné aux scientifiques l’opportunité de pratiquer cette pratique expérimentale à l’échelle mondiale grâce à la fenêtre de l’urgence sanitaire. 

Ainsi, nous pouvons comprendre la réticence de certains vis-à-vis de la vaccination quand on voit que cette technologie est utilisée pendant une vingtaine d’année en laboratoire est utilisée pour la premiere fois dans la vraie vie maintenant et à grande échelle. Comment avoir confiance en un vaccin en expérimentation quand on sait que cette technologie consiste à en quelque sorte “hacker” notre système de manière à lui faire synthétiser des anticorps via la protéine Spike, qu’est-ce qui nous dit que ce hack ne va remplir que cette mission et ne va pas désorienter d’autres cellules dans notre corps à moyen et long terme ? 

Surtout que ça ne mérite pas l’effort quand on sait qu’une fois vacciné, il est toujours possible d’attraper le Covid-19 et il est toujours possible de transmettre la maladie. On nous vend que grâce à une étude britannique, les vaccinés contracteraient moins de formes graves du virus que ceux qui ne sont pas vaccinés. Mais pourtant des “vaccinés” contre le Covid peuvent contracter à une certaine propension des formes graves suite à l’incubation d’un nouveau variant ce qui réduirait leur efficacité par rapport au Covid-19 initial ce qui sous entend à l’heure où nous parlons d’une troisième dose que des campagnes de rappel seront faites régulièrement de manière à s’adapter à l’arrivée d’un nouveau variant donc une quatrième, puis une cinquième, puis une sixième et puis un abonnement annuel, puis semestriel, puis trimestriel et enfin mensuel, c’est jusqu’ici que nous voulons aller ?

La véritable interrogation est de se demander pourquoi donc les vaccinés ont-ils autant peur des personnes non vaccinées au point de les exclure des lieux fréquentés par les vaccinés vu qu’ils sont immunisés donc normalement ils ne risquent rien non ? 

De plus, aussi surprenant que cela puisse paraître des pays ayant des taux de vaccinés plus élevés que la France comme le Royaume-Uni, Israël ou les Seychelles connaissent ces dernières semaines un rebond dans les chiffres des contamination et de nouvelles mesures de confinement sont envisagées. 

Le problème du pass sanitaire

Retour sur les mesures annoncées par le gouvernement

Le pass sanitaire va être de manière progressive rendu obligatoire pour se rendre dans certains lieux et pour faire certaines activités : 

  • 21 juillet : obligation de présentation d’un pass sanitaire ou d’un test PCR négatif pour se rendre dans les lieux de loisir et de culture (cinémas, parc d’attraction, musées, etc.)
  • 9 août : extension du pass sanitaire aux restaurants, bars, cafés, centres commerciaux, établissements médicaux et transports de longue distance (avions, TGV, Intercités)
  • 30 août : pass sanitaire requis pour les personnes âgées de 12 à 17 ans (désormais)
  • 15 septembre : vaccination obligatoire pour le personnel soignant 
  • Automne 2021 : tests PCR et antigéniques rendus payants (aux environs de cinquante euros) 

L’action au niveau des activités et loisirs 

Sur ce plan, le problème majeur découlant de la mise en place de ces mesures, est celui des libertés individuelles. On nous impose une politique par la contrainte. On nous dit clairement que pour votre bien, on va vous restreindre l’accès à certains espaces et au même moment, on va offrir aux vaccinés le privilège de disposer de ces lieux sans avoir à porter le masque. Donc, en gros si vous voulez vous aussi pouvoir vous balader à l’intérieur sans masque dans ces lieux, il suffit d’être vacciné et vous ferez partie des privilégiés, à la même manière qu’un enfant sage reçoit de ses parents les meilleures signes d’attention et faveurs pendant que le rebelle-récalcitrant-complotiste-gilet jaune-d’extrême-droite est puni au coin. 

Avec la mise en place du pass sanitaire, la société va être divisée en deux parties opposées qui sont les vaccinés et les non vaccinés. Derrière cette distinction simpliste se cache en réalité des entités beaucoup plus plurielles et un tas de personnes de mon entourage se sont pas faits vaccinés non pas par conviction, mais par contrainte, car ils voulaient voyager, ils voulaient continuer à vivre, ils voulaient préserver leur liberté, c’est bien sûr ce qui a motivé le million de Français ayant pris rendez-vous sur Doctolib au lendemain du discours d’Emmanuel Macron

Le gouvernement nous dit aussi implicitement que si l’on n’a pas de pass sanitaire, votre vie sociale sera difficile sur tous les points, certes dans vos loisirs mais aussi sur le plan professionnel. 

L’action au niveau professionnel

Là où c’est encore plus contraignant, c’est pour le personnel soignant, et les restaurateurs pour ne citer qu’eux. La vaccination leur est rendue obligatoire et pour celles et ceux qui ne souhaiteraient pas se faire vacciner, ils seront licenciés mise à pied provisoirement de façon à suspendre temporairement leur contrat de travail puis au bout de deux mois d’absence, si elles ne souhaitent toujours pas se rendre faire vacciner, ils seront licenciés soit pour inaptitude soit pour avoir causé un trouble caractérisé dans l’entreprise avec leur absence. 

Par conséquent, en tant que travailleurs au contact avec des personnes fragiles pour les soignants et au contact avec la clientèle pour les restaurateurs, vous devrez vous conformer aux règles sinon vous serez évincé de l’échiquier, au lieu d’essayer de convaincre les personnes réticentes à aller se faire vacciner via la médiation sociale ou en parlant avec transparence sur ce qui est connu, le gouvernement a choisi la carte de la stigmatisation et de l’autorité ce qui a pour conséquence logique de plus effrayer les gens qu’autre chose, se mettre le peuple encore plus à dos à une ère où la relation entre les citoyens et l’Etat est au plus bas

Comment ça se passe à l’étranger ?

À l’étranger, le variant Delta continue sa propagation et de nombreux pays sont touchés par cette quatrième vague. Dorénavant, ce qui est assez surprenant, c’est qu’un certain nombre de pays presque totalement vaccinés subissent un regain de la maladie et une hausse des cas remarquable comme c’est le cas en Israël, pays où le taux de vaccination avoisine les 70% pour la population totale et les 90% pour la population dite fragile. 

D’ailleurs, en Israël, la majorité des personnes admises en réanimation sont vaccinées (deux doses) ce qui montre que le vaccin n’empêche pas la contamination. Comme vu plus haut, le vaccin réduirait seulement le nombre de chances de pouvoir contracter des formes graves du virus. Pour faire la critique de cet article du Parisien, oui le nombre de personnes infectées parmi les vaccinés augmente logiquement étant donné que la proportion de vaccinés en Israël est élevé mais le vaccin n’était-il pas censé nous empêcher/réduire les probabilités d’attraper le virus ? Aujourd’hui, Israël parle de reconfinement et de durcissement des règles sanitaires dans le pays

Aussi, l’un des problèmes actuel est la volonté de vouloir totalement freiner voire d’éradiquer totalement le Covid-19 de sorte à pouvoir reprendre une vie normale. Cependant, ce prisme est utopique, jamais il ne sera possible de revenir à une vie normale avec cet objectif, car un tas de maladies graves hier sont toujours présentes aujourd’hui même si ce n’est qu’à une certaine mesure. Nous devrons quoiqu’il arrive, apprendre à vivre avec le virus. 

Enfin, comme l’explique Draw My Economy dans sa vidéo, on ne pourra pas confiner-déconfiner indéfiniment et nous ne pourrons pas indéfiniment tenter de sauver désespérément tout le monde en pénalisant l’ensemble de la population pour sauver une partie. Au bout d’un moment, nous devrons faire des choix et selon moi, il y a trois solutions :

  1. Vacciner toutes les personnes les plus fragiles et les plus à risque de manière à les sauver des formes graves et de manière à réduire leur chance d’être emporté par la maladie puis autoriser la vaccination aux personnes le souhaitant sous la base du volontariat,
  2. Laisser les individus en bonne santé et les plus jeunes se contaminer entre elles de sorte à créer une immunité naturelle et collective étant donné que nous représentons moins d’1% des décès enregistrés en France contre 99% pour la classe des 45 ans et plus. 
  3. La plus drastique, laisser agir le virus (via Draw My Economy)

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

La vidéo mindset du jour 


Sources : 

1 : Macron : les 7 annonces à retenir du discours du 12/07/21 du président de la République : https://www.youtube.com/watch?v=qEUBifFusw4

2 : nombre de décès du covid-19 en France : https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19/coronavirus-chiffres-cles-et-evolution-de-la-covid-19-en-france-et-dans-le-monde

3 : Définition : (nombre de décès total/nombre de cas confirmés)

4 : nombre de décès total / total population française en mars 2021)

5 : Quel risque de mourir pour les jeunes ? https://www.e4n.fr/covid-19-risque-de-mourir-jeunes

6 : Victimes du Covid en France : âge, hommes/femmes, maladies : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2622115-victimes-covid-19-france-nombre-age-profil-homme-femme-personnalite-reanimation-deces-jeunes/

7 : Quels sont les virus les plus contagieux ? : https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/virus-sont-virus-plus-contagieux-13140/

8 : Principales causes de mortalité en France : https://fr.statista.com/infographie/24577/principales-causes-de-mortalite-en-france-cancers-maladies-covid-19/

9 : Réponse à la covid-19 de Sanofi: https://www.sanofi.fr/fr/Actualites/notre-reponse-a-la-covid-19

10 : Le vaccin russe spoutnik en 4 questions-réponses : https://www.businessinsider.fr/le-vaccin-russe-spoutnik-v-en-4-questions-reponses-187180


Laisser un commentaire

Fisko James Production
Right Menu Icon
%d blogueurs aiment cette page :