WNBA players break silence on Brittney Griner

Des joueuses de la WNBA rompent le silence sur l’affaire Brittney Griner


Deux des coéquipières de la joueuse de basket américaine de WNBA Brittney Griner, ont brisé le silence sur la situation de leur coéquipière actuellement détenue en Russie.

La plupart des joueuses de la WNBA ont jusqu’à présent évité de s’exprimer sur la détention de Griner, incarcérée pour avoir été en possession de stupéfiants en Russie, dans l’espoir de ne pas potentiellement aggraver sa situation.

La joueuse Angel McCoughtry s’est exprimée mercredi lors d’un entraînement de Team USA à Minneapolis en disant que « les gens disent qu’elle fait 2m06, son cas n’est pas le même. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit », « ça aurait très bien pu n’importe laquelle d’entre nous ».

Elles ont concentré l’objet de leurs discussions sur comment aider au mieux Brittney Griner à travers leur communauté. Les joueuses de WNBA avaient été par le passé très soudées lorsqu’il avait fallu se rallier derrière des causes comme l’inscription au vote ou encore dernièrement avec le mouvement Black Lives Matter.

Dès les premières semaines ayant suivi la détention de Griner, il a été défini qu’il était pour elles mieux d’en dire le moins possible sur l’affaire.

La star du Phoenix Mercury avait été arrêtée lors de son arrivée à l’aéroport de Moscou mi-février. Les autorités russes avaient alors déclaré qu’une fouille dans ses bagages a révélé la présence de cartouches de vapotage contenant visiblement de l’huile de cannabis, une infraction qui pourrait lui donner une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison. Brittney Griner s’apprêtait à retourner aux Etats-Unis pendant le break de la ligue russe, le temps du tournoi de qualification pour la Coupe du Monde de la FIBA.

« Le gros problème, c’est le fait que nous devons aller là-bas. Là, c’était BG (Brittney Griner), mais ça aurait pu être n’importe qui », des propos tenus par la joueuse Breanna Stewart, gagnant plus d’un million de dollars en jouant en Russie. Elle a aussi rajouté : « Les joueuses de WNBA devraient être valorisées dans leur pays, comme ça, elles n’auront plus à jouer à l’étranger ».

En plus du soutien apporté à Griner, Stewart voulait aussi aider une association dans laquelle la All Star du Mercury avait été impliquée depuis longtemps « The Phoenix Rescue Mission ».

« Pendant l’absence de BG, j’ai voulu la soutenir elle et ses œuvres caritatives, et puis faire de mon mieux depuis un point de vue extrajudiciaire pour l’aider elle et sa famille » – Stewart.

La Russie a été une destination prisée pour des joueuses de WNBA comme Stewart, McCoughtry et Griner durant les deux dernières décennies en raison de l’argent qu’elles peuvent gagner là-bas en hiver.

La WNBA a embrayé le pas pour augmenter le salaire de ses joueuses et trouver d’autres moyens de les rétribuer dans leur dernière convention collective, signée en 2020. La convention est en vigueur jusqu’en 2027, et elle paie les joueuses d’un montant moyen de 130.000$, avec des stars pouvant toucher plus de 500.000$ grâce au salaire, aux contrats de publicité, à des tournois joués au cours de la saison, et des primes.

La CBA (Chinese Basketball Association) fournie également des salaires complets quand les joueuses sont en congé de maternité, des prestations familiales améliorées, des normes de voyage et d’autres améliorations en matière de santé et de bien-être.

L’équipe juridique de la double championne olympique a discrètement demandé la libération de Griner, et elle a refusé de s’exprimer publiquement sur l’affaire depuis que son arrestation a été révélée au grand jour.

Sur les milliers de citoyens américains arrêtés et détenus en prison à l’étranger, un petit groupe est désigné par le gouvernement américain comme étant emprisonné à tort. Une catégorie qui leur accorde une attention particulière de la part de Washington, en les plaçant sous les auspices de l’envoyé spécial présidentiel pour les affaires d’otages du département d’État. Le gouvernement américain n’a pas pour le moment placé le cas de Britteney Griner dans cette catégorie.

Griner n’est pas la seule américaine détenue en Russie. En effet, l’ancienne militaire de la marine Trevor Reed a été condamnée à neuf ans de prison en 2020 pour avoir “agressé” un officier de police à Moscou. Même chose pour un responsable de la sécurité d’entreprise du Michigan, Paul Whelan, qui est actuellement en train de purger une peine de seize ans de prison pour des accusations d’espionnage, démenties par sa famille et par le gouvernement américain. L’administration américaine a publiquement demandé à Moscou de les relâcher.

Fisko James avec AP News 

Brittney Griner, star du basket américain, arrêtée en Russie

Ne ratez plus rien de l’actualité en vous abonnant à la newsletter et en nous rejoignant sur Instagram pour participer aux divers sondages et débats. Ça ne prend que 10s ! ⏱


Laisser un commentaire

Fisko James Production
Right Menu Icon
%d blogueurs aiment cette page :